Liens sponsorisés

 

Poème d'amitié trahi

 


Il y a aussi la trahison en amitié, pour cela nous vous offre deux poèmes d'amitié trahi à envoyer aux gens qui ne mérite pas ton amitié.
poeme d'amitié trahi
Trahison d'amitié

Trahison d'amitié

Il y a encore quelques jours je vous aurait dit que l'amitié est faite pour durée mais maintenant je pense quelle est juste là pour nous faire sombrer!

On dit souvent que les amis sont la pour nous guérir,pour nous réconforter d'un chagrin d'amour mais il y a certain amis qui sont juste là pour provoquer votre chagrin d'amour

Des fois j'aimerais bien etre aveugle pour ne plus voir la tete de tes amis qui s'amuse a ruiner ta vie juste par jalousie
On a tous une raison de vivre mais  moi je demande vraiment si j'en ai une ! Si la vie que j'ai, mérite d'etre poursuivie

Amitié trahie


Toi qui te disait mon ami...,
Toi, l'ami en qui j'ai tant cru,
De tes beaux sentiments,qu'en est-il devenu.
Je t'ai partagé mon coeur,
Que tu as piétiné!
Je t'ai dévoilé mon âme,
Sur lequel tu as craché !

Comme un coup de tonnerre en ciel clair, la foudre m'a frappé,
Me jetant à genoux, impuissant, la nuque brisée.
Depuis, je rampe, je me torture,
Incapble de guérir cette blessure,
Le jour j'y pense, la nuit j'en rêve,
Et mon coeur bléssé, ne connait pas de trêve.

La vie semblait belle, insouciante et légère,
Et la traitrise, je n'y attendais guère
L'escatocade fût porté, mais pas en pleine poitrine.
Les paroles blessant mieux que n'importe quelle lame fine.
Poignardé dans le dos je me suis écroulé.
Et tu m'as planté là..., abattu, affligé.

Maintenant je ne sais pas,
Ce que demain m'apportera
Et je ne peux ma débarrasser de cette peur,
De revivre un jour, une pareille horreur!
Qui faire confiance après tout cela, tant de choses
j'ignore.
J'aimerais tant y croire, dans ces sourires que tu arbore

Des paroles de regret, me sont parvenu,
Et je ne peux dire, que je ne les ai pas crû
Mais pire que la haine, pire que la peur,
Est le doute, que l'on n'arrive pas à chasser de son coeur
Car même l'amour, que l'on dit plus fort que tout.
De cette gangrène, si rarement vient à bout.

Comment deviner tes pensées,
La renaissance de l'amitié passée.
Comment être sure,
Si tes dispositions sont pures
J'aimerais tant pouvoir découvrir...
Afin de croire dans l'avenir

Pourrais-je un jour retrouver
cette confiance envolée ?
Reconstruire une relation
Sur des bases solides,
Oublier la délation,
Et les actes sordides

...Retrouver ce simple plaisir,
D'une amitié à offrir
A chaque rencontre..
A chaque instant,
Ou le coeur se montre,
fidèle et constant

Avoir à nouveau un ami sur qui compter
Sans la moindre arrière-pensée.
Sans craindre, ni feindre,
Avoir quelqu'un à qui parler,
De mes joies, de mes peines,
Et trouver une épaule sur laquelle pleurer,

Mais je sais que c'est en vain
Que l'histoire n'as pas pris fin !
Que les ragots continuent,
Bien que plus discrètement.
Même si les regards s'évertuent,
A paraitre enchantant.

Car du coeur, les yeux sont des miroirs
Et ils te trahissent sans le vouloir,
En reflétant le fond de tes pensées
Et la nature de tes sentiments cachés
Ils fonts renaître en moi le doute,
Et l'envie de savoir, coûte que coûte.

Savoir toute la vérité,
Sur ta vraie personnalité
Car tu change si souvent,
Ton discours engageant
Pour finir par t'empêtrer
Dans un noeud de mensonges impossible à démêler...

Puis enfin, tu as fini par montrer
Le visage que tu ne voulais pas révéler
Celui d'une personne sans coeur
A qui la souffrance d'autrui ne fait pas peur
Ou il n'y a plus aucune étincelle
Dans l'âme, d'une froideur cruelle

A tes côtés, quiconque pourrait creuver...
Car si cela gêne ta petite vie privée
tu ne t'embêterais même pas
A faire ne serait-ce qu'un petit pas,
Voir de simplement te pencher
Et tendre la main pour aider

Pour aider ceux à qui
Tu jurais d'être l'ami
Mais pour toi la vie n'est que calcul
Et devant aucune perfidie tu ne recule
Ton amitié n'est que spéculation
Retournant ta veste à la moindre occasion

Papillonnant ci et là
Trahissant à tout va
L'ami d'hier... ennemi d'aujourd'hui
A qui pourtant tu souri
Sachant qu'il ne sait même pas
Qu'il se mijotent des coups bas

Qui peut bien gérer ta pensée
Cette question je me suis si souvent posé
Je te ne connaissais pas si machiavélique
Je te ne savais pas si cynique
Deux fois tes mensonges m'ont trompés
Deux fois tu m'as rouvert cette vieille plaie

Quel est cette force destructrice?
Qui t'oblige à tant de vice...
Quel es ce démon
Qui se cache au fond
Que je n'arrive pas à débusquer
Afin de pouvoir tout recommencer

Mais je crains qu'il soit trop tard
Qu'il n'y a plus aucune volonté de ta part ?
Que l'on se trouve sur la croisée des chemins
Ou cette histoire prend définitivement fin
Sans jamais savoir la vérité
Sur tout ce qui c'est passé

Il ne me reste plus que le goût amer dans la bouche
De la haine et du dégoût qui me touche
Et une douleur lascive et profonde...
Faut-il vraiment donner raison
A ceux qui prétendent que ton coeur n'est pas bon
J'ai toujours refusé d'accepter cette évidence..

Mais maintenant, que veut-tu que je pense ?
Posted by Mayno Ammoun On 08:05
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
  • RSS
  • Delicious
  • Digg
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin
  • Youtube

Liens sponsorisés

Publications